Candidat à 18 ans compte de nouveaux soutiens

Le Haut-Commissaire à la Jeunesse a repris, dans la proposition n°53 du Livre vert qu’il a remis au Président de la République notre proposition d’éligibilité dès 18 ans à toutes les élections, qui a également été reprise par les Jeunes Populaires dans la proposition n°21 de leur Convention Citoyenneté.

« Candidat à 18 ans » fait le nécessaire pour que le gouvernement reprenne sa proposition dans le Plan Jeunes prévu pour la rentrée.

Publicités

François Hollande soutient « Candidat à 18 ans »

L’ancien Premier Secrétaire du Parti Socialiste, François Hollande, a apporté son soutien à la proposition de loi pour l’éligibilité dès 18 ans à toutes les élections.

Il a écrit ce 2 juin 2009 à Maxime Verner, à l’origine de la proposition de loi :

« Il est évident, dès lors que la majorité civique est fixée à 18 ans, qu’une grande démocratie comme la France doit tout mettre en œuvre pour atteindre l’objectif de l’abaissement de l’âge d’éligibilité à 18 ans. »

Déposée par toutes les tendances politiques de l’Assemblée (Valérie Rosso-Debord pour l’UMP, Gaëtan Gorce pour le PS…), cette proposition de loi est soutenue par 294 députés.
Maxime Verner, l’étudiant de 19 ans qui est à l’origine de cette proposition, a été le plus jeune candidat de France aux élections municipales et cantonales de mars 2008, à tout juste 18 ans. Il a obtenu 3,7 % des suffrages à Bron (Rhône, 40 000 habitants).
Le 13 mai dernier, il avait organisé une conférence de presse à l’Assemblée Nationale où il a lancé un appel au Président de la République pour que ce texte soit discuté à l’Assemblée avant la fin de la session parlementaire.
ACTU : François Hollande a déposé le 26 mai 2010 une proposition de loi organique visant à abaisser l’âge d’éligibilité aux élections législatives à 18 ans (PPL n°2555).

Le Figaro – 15 mai 2009

Vers des députés éligibles dès 18 ans ?

LE FIGARO |14/05/2009 | Mise à jour : 22:23

Deux députés défendent l’abaissement de l’âge d’éligibilité aux scrutins nationaux.

Un jeune homme tape du pied, des propositions de loi fleurissent. Convaincus par les arguments d’un étudiant de 19 ans, Maxime Verner, qui réclame l’abaissement de l’âge d’éligibilité à 18 ans pour les élections nationales, deux députés – l’un UMP, l’autre PS – viennent de déposer des propositions de loi en ce sens.

La majorité civile a été fixée à 18 ans en 1974. Tout citoyen peut se présenter à une élection locale – municipale, cantonale ou régionale – dès cet âge. En revanche, un Français ne peut briguer un mandat de député, de député européen ou de président de la République qu’à 23 ans révolus. Et il doit patienter jusqu’à son trentième anniversaire pour se porter candidat au Sénat.

Moyenne d’âge des parlementaires : 58 ans

Un scandale pour le jeune Maxime Verner, qui milite pour un droit d’éligibilité à toutes les élections dès 18 ans, et qui a obtenu d’être reçu par Valérie Rosso-Debord, députée UMP de Meurthe-et-Moselle. Rosso-Debord précise qu’elle n’avait pas attendu la visite du jeune homme pour s’intéresser au sujet. L’élue UMP reconnaît toutefois que l’en­tretien avec cet étudiant a été le déclic qui l’a conduite à déposer sa proposition de loi organique en avril.

Son texte, cosigné à ce jour par 34 députés UMP, préconise de baisser à 18 ans l’âge d’éligibilité à l’Assemblée, au Sénat, au Parlement européen et à la présidence de la République. «Le Parlement ne re­présente qu’imparfaitement la société française», argumente Rosso-Debord. Elle-même, âgée de 37 ans, affirme que «la moyenne d’âge des parlementaires est actuellement d’environ 58 ans». Et la députée UMP ambitionne de «combler pour partie cet écart grandissant entre les jeunes et leurs élus (…)».

Quelques jours plus tard, Gaëtan Gorce, député PS de la Nièvre, a déposé une proposition de loi organique identique, consignée par huit de ses collègues. Il invoque l’abaissement de «l’âge de la responsabilité pénale à 13 ans» et de «la majorité sexuelle à 15 ans». Le député de la Nièvre ajoute que «c’est au peuple français, en exerçant son droit souverain, de choisir ses représentants et d’apprécier si leur âge constitue un atout ou un handicap».

Les deux députés ont tenu jeudi une conférence de presse commune avec le jeune Maxime Verner. Et l’étudiant a demandé à Nicolas Sarkozy de «mettre à l’ordre du jour de l’Assemblée sa proposition de loi».

Pendant les années Jospin, la gauche avait déjà tenté à deux reprises – en 1999 puis en 2001 – d’abaisser l’éligibilité à 18 ans. Le Sénat s’était alors opposé à cette réforme, et l’Assemblée l’avait abandonnée. Christian Bonnet, ancien ministre de l’Intérieur, avait jugé «surprenant d’accréditer l’idée selon laquelle le jour même où le citoyen accède au droit de vote, il est en capacité d’exercer les fonctions de président de la République». Le sénateur radical Bernard Joly avait défendu l’idée d’un apprentissage des fonctions électives. «L’intérêt général, avait-il plaidé, exige l’élection de femmes et d’hommes qui ne découvriront pas le droit de vote en même temps que celui de se faire élire».